Infos

  • Auteur : Alexandre
  • M-à-j : 07-05-2005 à 23:28

3dfx était une société californienne spécialisée dans la production de carte accélératrice 3D pour le grand public. Elle fut à l'origine de la révolution que représente l'accélération graphique des jeux vidéo sur PC. En 2000, connaissant des difficultés techniques et financières, 3dfx en pleine faillite se fit racheter par son grand concurrent nVidia et la marque cessa malheureusement d'exister.

Historique

Après la formation de 3dfx en 1994 par d'anciens ingénieurs de Silicon Graphics, il fallut deux ans à la société pour sortir sa première puce graphique.

1996 : Voodoo Graphics, alias Voodoo 1 : la révolution.

La Voodoo 1 fut une véritable révolution, elle améliorait immédiatement et très fortement la qualité et la rapidité des jeux OpenGL comme Quake, là où ou les puces de l'époque faisaient souvent pire que le rendu software (non accéléré). Le succès fut énorme. 3dfx en a profité pour propulser sa propre API, le Glide, concurrent d'OpenGL et de DirectX.

Les cartes dotées de puces Voodoo 1 sont des cartes PCI purement accélératrices. Il fallait avoir une autre carte pour la 2D et la relier à la Voodoo 1 par un câble fourni et brancher le moniteur à la Voodoo (3dfx voulut rectifier cela avec la Voodoo Rush). Ces cartes sont équipées de ou (le plus souvent) de mémoire EDO 64 bits synchronisée avec la puce à 50 Mhz. Celle-ci est gravée en 0.5 micron, elle comprend une unité de texturing et un pixel pipeline, la largeur du bus-mémoire est de 128 bits.

1997 : Voodoo Rush

La Voodoo Rush est une tentatitive de 3dfx d'associer sa puce 3D Voodoo 1 et une puce 2D sur une même carte. Malheureusement, les deux puces partageant la même mémoire, les performances chutent et la qualité du rendu 2D laisse à désirer. Le succès ne fut pas au rendez-vous.

1998 : Voodoo 2

La puce Voodoo 2 est une simple évolution de la Voodoo première du nom, ça reste une carte purement 3D. Le chip est cette fois gravé en 0.35 micron, sa fréquence passe à , le bus-mémoire est de 192 bits, la puce comporte 2 unités de texturing, accélérant ainsi notablement le multitexturing. Les cartes Voodoo 2 peuvent comporter ou de mémoire (toujours synchronisée avec la puce). Les performances sont largement supérieures aux Voodoo 1.

Le succès des cartes Voodoo 2 fut intensifié par la technologie SLI, qui permet de faire fonctionner deux cartes en parallèle, doublant pratiquement les performances Le principe est que chaque carte s'occupe de l'affichage à l'écran d'une ligne sur deux. Ca permet aussi de jouer en 1024*768, alors qu'une seule Voodoo 2 est limitée à du 800*600. Seul inconvénient la capacité-mémoire reste celle d'une seule carte, car les deux mémoires doivent contenir les mêmes données pour rester synchronisée.
Grâce à cette technologie 3dfx restait le leader malgré l'arrivée des redoutables Riva TNT de nVidia. Mais la perte de vitesse inexorable du Glide ne permet pas à 3dfx de s'endormir sur ces lauriers.

1998 : Voodoo Banshee

Il s'agit là, comme pour la Voodoo Rush, de réunir sur une seule carte la 3D et la 2D. La Voodoo Banshee s'en charge avec une même puce, produisant des images 2D de bonne qualité. Coté 3D il s'agit globalement d'une Voodoo 2 à 100 Mhz avec qu'une unité de texturing et un bus-mémoire de 128 bits.
Les performances sont donc souvent bien en dessous d'une Voodoo 2, mais le succès fut rencontré principalement auprès des intégrateurs.

1999 : Voodoo 3

La Voodoo 3 fut la première carte de 3dfx pensée pour être 2D et 3D. Question 2D, c'est parfait, l'image est très nette et stable. Côté 3D, même s'il y a des versions plus ou moins performantes, à sa sortie la puce est d'une rapidité exceptionnelle, mais certaines fonctions commencent à manquer. En effet, même si ce chip est gravé en 0.25 micron, il ne s'agit que d'une évolution de la Voodoo 2, elle-même dérivée de la Voodoo Graphics.

Cette carte fut déclinée en plusieurs versions

  • La Voodoo 3 1000 cadencée à , dotés de 8 ou de SDRAM, elle n'était disponible que pour le OEM.
  • La Voodoo 3 2000 cadancée à , dotés de de SDRAM.
  • La Voodoo 3 3000 cadancée à , dotés de de SDRAM.
  • La Voodoo 3 3500 cadancée à , dotés de de SDRAM et d'un tuner TV. Elle arriva après les 2 précédentes.
  • Velocity 100 et 200, arrivées encore plus tard, avec 8 et de mémoire SGRAM, plus rapide que la SDRAM, et une unité de texturing désactivé (on peut y remédier en changeant une clef dans la base de registre).
Reproches

Au rend des reproches faits à la Voodoo 3

  • Elle ne gère en 3D que les couleurs 16 bits, contre 32 pour les TNT2 de nVidia.
  • Elle ne gère que les textures de 256*256 pixels
  • Le bump mapping s'effectue en deux passes.
  • L'AGP texturing ne fonctionne pas, même si la carte est en version AGP.
  • Elle ne fait que le minimum pour le décodage des DVD (conversion YUV/RGB), un processeur de plus de est donc indispensable.
Justifiés ??

Tous les reproches concernant la 3D, n'étaient pas valables pour les jeux de l'époque, mais la carte devait peiner avec les jeux du futur. Alors ces reproches étaient-ils justifiés
Avec le recul, la réponse est NON

  • Les jeux pour lesquels les couleurs 32 bits et le bump mapping sont devenues importants sont injouables sur les cartes de cette génération, Voodoo 3 ou autres.
  • Les cartes de cette époque gérant les textures plus grandes saturent complètement leur mémoire si on leur présente des jeux avec des textures de plus de 256*256.
  • L'AGP texturing ne s'est pas révélé une technologie performante.
    Seul le reproche concernant les DVD reste valable.

2000 : VSA-100 (Napalm) sur carte Voodoo 4 et 5

En 2000, les ennuis très sérieux pour 3dfx vont commencer avec ses cartes. La puce VSA-100 (nom de code Napalm) implante les fonctions qui faisaient défaut aux Voodoo 3 (couleur 32 bit, texture de 2048*2048, S3TC, etc.). Elle innove aussi en proposant l'un des premiers antialiasing de qualité et un ensemble d'effets appelé T-Buffer. Ces effets visent à produire un rendu cinéma dans le jeux vidéo, le VSA-100 est ainsi capable de produire des flous de mouvement (motion blur), des effets de profondeur de champ (Depth of Field), des ombres floues et réalistes (Soft Shadows et Reflectance Blur). Ces effets très intéressants n'ont jamais été exploités dans les jeux.
Seul manque le T&L promu par nVidia dans ces GeForce.

Le problème c'est qu'en performance brute, le VSA-100 ne fait guère mieux que la Voodoo 3. 3dfx a alors ressorti et amélioré le SLI des Voodoo 2 (sans perte de capacité-mémoire), mais cette fois c'est sur une même carte que cohabitent les chips

Parmis les principales cartes comportant un ou plusieurs VSA-100

  • Voodoo 4 4000, 1 VSA-100, de SDRAM
  • Voodoo 4 4500, 1 VSA-100, de SDRAM
  • Voodoo 5 5000, 2 VSA-100, 32 MO de SDRAM
  • Voodoo 5 5500, 2 VSA-100, 64 MO de SDRAM, seule cette carte était réellement très compétitive à sa sortie. Seul hic, elle était énorme et demandait d'être alimentée en courant par un connecteur d'alimentation de disque dur
  • Voodoo 5 6000, 4 VSA-100, de SDRAM, une carte devenue légende, ses performances était démesurées, tout comme sa taille. 3dfx fut malheureusement liquidé avant d'avoir le temps de la commercialiser, seul quelques prototypes ont été produits.

2000 : La fin

3dfx, acculé à la faillite par ses créanciers voit ses actifs rachetés par son concurrent nVidia, qui récupère aussi certains ingénieurs. NVidia proposait depuis la RIVA TNT de très bon produit, mais c'est son marketing qui causa le plus de mal à 3dfx. nVidia a réussi a rendre toutes ses innovations séduisantes pendant que 3dfx devait se tenir sur la défensive pour expliquer l'absence de fonctions implantées dans les produits nVidia.
3dfx s'est fait couler avec, dit-on, des projets exceptionnels dans les cartons, comme le fameux Rampage qui devait remonter la société, sur lequel on ne pourra que spéculer.

La nouvelle de la disparation de 3dfx surprit et attrista beaucoup de joueurs, pour lesquels 3dfx restait le pionnier à l'esprit moins marketing tape-à-l'oeil qu'nVidia.
La nostalgie est souvent encore forte, car l'arrivée fracassante des cartes Voodoo correspondit souvent avec celle d'internet dans les foyers. Certains gardent des souvenirs émus des premières discutions sur internet, parlant de sa nouvelle Voodoo. Et où on trouvait vite comment l'overclocker pour gagner encore quelques fps.-)

0.021' | CSS | XHTML 1.0 Strict
© 7px.net | Choisir un style : archycal | classic | cleersea